L’amant quitta…

Je l’avais rencontré un jour d’hiver, la ville était enneigée, j’étais alors entré dans un magasin pour m’acheter un pull en laine, un de ces pulls super confortable que l’on met à la maison lorsqu’on regarde la neige tomber par la fenêtre, un chocolat chaud entre les mains.

Il était anglais, il m’a aidé à trouver mon pull et avait bien ri lorsque j’ai fait l’analogie du chocolat chaud. Il était plus jeune, blond, aux yeux bleus et un sourire qui fit fondre mon cœur. Le magasin fermait dans les minutes qui suivent. J’ai pris mon courage à deux mains et en payant la facture, lui ai demandé, droit dans les yeux, « how about a pint or a hot chocolate when you finish working? ». Mes hormones me jouaient des tours, il était beau et je n’avais envie que d’une chose, le prendre dans mes bras et l’embrasser partout…

J’ai toujours su que mon cœur ne suivra pas avec cet homme; chose bien bizarre à expliquer. Pourquoi le cœur tombe amoureux de certains hommes et non d’autres? Lorsqu’on a goûté à l’amour avec un grand A, il devient difficile de feindre un amour qui n’est que passion. Je ne m’attends pas à ce que vous compreniez mais je me comprends et c’est ce que j’ai expliqué à cet amant anglais. Il m’a dit qu’il comprenait.

Il devint ainsi mon amant, mon bel anglais, l’homme que je fréquentais une à deux fois par semaine. Mon cœur étant encore blessé de ma relation précédente, je demeurais honnête avec lui et lui dit que je ne peux lui donner plus que de l’affection et de la passion. Le cœur ne suivait pas.

Ce bel amant, cet homme que j’embrassais et avec qui je faisais l’amour les mercredis et dimanches soirs, l’homme que mon corps attendait avec impatience pendant tout l’hiver et un jour de printemps timide qui s’amorçait, il me regarda de ses beaux yeux bleus de 21 ans et me dit, en larmoyant, « I think I love you ». Nous fîmes l’amour passionnément et doucement ce soir là pour la dernière fois. Nous le savions…

Il parti le lendemain et ne revint jamais.

J’ai eu le cœur gros quelques jours mais j’ai été honnête, sans jouer à des jeux. C’est quelque chose de très important pour moi car ceci débouche dans les plus belles expériences, croyez moi la dessus. Cette histoire en est la preuve, j’ai été vrai, il a été vrai et notre histoire me fait sourire et chaud au cœur; c’est simplement l’histoire de deux hommes qui se sont rencontrés sous l’étoile de la passion et qui décidèrent, comme deux adultes matures, de se laisser lorsque la passion fit place à autre chose de non réciproque. Sans nécessairement devoir clarifier les choses plus qu’elles ne l’étaient.

 I kiss you and send you a wink my sexy Englishman. You showed me that purity still exists in a world of fakeness and you’ll always have little spot in my heart!



Il y a le Toi

Le Toi; l’homme dont je rêve, l’homme que je recherche, l’homme de ma vie, un homme qui se connait et qui s’assume dans ce qu’il est et qui il est. Un homme qui s’accepte et qui s’aime. Un homme que j’aime pour ses valeurs, pour sa posture, son regard et ses paroles. Un homme qui m’aime pour qui je suis.

Cet homme aura mon cœur et j’aurai le sien mais on aura toujours notre tête. Je l’ai appris bien difficilement avec mes anciens Toi et mon cœur brulé à maintes reprises. Et je grandis sans cesse, limitant mes options et sachant de plus en plus ce que je veux et surtout ce que je ne veux pas.

Je vis donc ma vie en aimant, en travaillant, en voyageant et en profitant de cette vie, avec ses hauts, ses bas, ses facilités et difficultés mais elle en vaut la peine, cette vie. Le Toi hypothétique serait un plus, car la vie à deux est bien meilleure… Mais pas à n’importe quel prix. Cliché et écrit!



Il y a le Moi

Je rencontre des hommes qui vivent leur vie la tête bien haute, d’autres dans le placard, pleins de complexes et enchainés, loin d’être démêlés,. Ma tête, elle, est on ne peut plus haute et plus jamais elle ne se baissera. Devant quiconque.

C’est écrit et c’est dit!

Mon chemin de vie n’est pas été facile; loin de là. Et je garde la tête haute, je souris et croque dans cette vie. Une belle vie pleine de défis à relever.

Libanais : chaque être humain a un chemin de vie à suivre. Le mien commence par une famille dispersée, libanais de sang, déraciné de mon pays d’origine par force, installé en occident depuis belle lurette, homosexuel, vivant entre deux sociétés et réalités aux antipodes.

J’ai une famille semi acceptante mais que c’est difficile de se faire accepter et le chemin sera long. En temps normal je m’en fous mais lorsqu’il s’agit de parents ancrés dans une idéologie contraire à qui je suis Dieu que c’est difficile. J’en voudrai pour toujours à cette église et cette société qui m’a abandonné, qui m’a rejeté et qui crée quotidiennement de la haine et de la désinformation à mon égard et à l’égard de tous les gais et lesbiennes et personnes ne se fondant pas dans la norme judéo chrétienne. Chrétien j’étais, aujourd’hui spirituel je suis. Libanais j’étais et ca je le resterai dans l’âme. Certains libanais que j’ai rencontrés dans ma vie m’ont réconcilié avec mes racines, racines que j’avais pourtant rejetées pendant bien longtemps. Libanais, en partie, je suis, debout et fort.

Homosexuel: je l’ai toujours été et l’ai toujours su. Je me le suis avoué il y a quelques années suite à des problèmes d’anxiété et plusieurs relations vécues dans le placard. Des belles relations et des moins belles. Mais c’est moi et ce sont ces moins belles relations qui m’ont apprises ce que je veux et ce que je ne veux pas. Aujourd’hui, je dis plus jamais je n’aurai honte de qui je suis. Je suis une belle personne qui se respecte et respecte les autres, j’ai donc droit à ce même traitement.

J’écris ce blog pour des curieux, des hommes, des femmes, des homos, des hétéros à tous ceux et celles qui sont intéressés à me lire.



12

lirgnomed |
unefilleajd |
Banale , mais .. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Océane
| danslapeaudunefemmede38ans
| Chroniques parisiennes