Sexuel, à ma manière!

J’aimerai tellement corriger et le remodeler certains aspects du monde gai. Y garder les belles choses et jeter aux poubelles les côtés qui me dégoutent – côtés qui sont un héritage d’une époque révolue où il fallait se cacher pour être gai.

Le sexe facile, par exemple, est maintenu au niveau du sexe seulement l’acte cru dénudé de tout sentiment du cœur ou de la tête. Ceci ne me convient pas, non par snobisme ou carences quelconques mais vraiment parce que le sexe sans un minimum de passion est désuet, à mes yeux, ceci équivaut à une masturbation un peu plus poussée. Je vis avec ma tête, mon cœur et mon sexe et non seulement ma tête, mon cœur ou mon sexe.

Mes instincts primaires me disent que dans un monde gai, ghettoïsé où seul le sexe existe, un homme n’avait d’autre choix que de vivre son homosexualité dans l’instinct le plus primaire de son être: l’acte cru. Vouloir plus était impossible car le risque d’être découvert coutait très cher. Ceci n’est qu’un héritage d’un triste passé, imbibé dans la culture collective.

J’aime sortir, parler à un homme, rire avec lui, connaitre sa personne, prendre une bière avec lui sur une terrasse, le courtiser, me faire courtiser, l’embrasser peut-être. Penser à lui toute une nuit, voir quelques jours et ensuite le revoir avec un brin d’optimisme et d’excitation réelle et continuer ainsi jusqu’au moment où la passion devient incontrôlable et l’inévitable survient. Je vous laisse deviner la suite…

Le sexe ainsi devient plus exigeant et difficile à atteindre (car il faut trouver un homme qui veulent sortir, soit bien dans sa peau, soit célibataire, etc.) mais en vaut la peine…



lirgnomed |
unefilleajd |
Banale , mais .. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Océane
| danslapeaudunefemmede38ans
| Chroniques parisiennes